Posts Tagged ‘histoire paris’

L’image Paris 26 Gigapixels vécue par son photographe, Arnaud Frich

Jeudi, mars 11th, 2010

Essayer de battre un record du monde n’est jamais une mince affaire et évidemment, le projet auquel nous nous sommes attelé n’était pas simple à réaliser. Nous savions tout de suite qu’il nous faudrait prendre plus de 2000 photos et malgré tout j’ai très vite proposé de travailler en RAW – donc après une petite hésitation ! -, pour l’amélioration substantielle que cela apportait sur les JPG finaux. Travailler en RAW me permettait, au moment du développement des 2346 fichiers de pouvoir jouer sur plusieurs paramètres d’optimisation : la balance des couleurs, la réduction du bruit, la réduction des hautes lumières et l’harmonisation des différentes colonnes/rangées de photos entre elles sachant que les conditions de prises de vue nous avaient obligé à faire certains choix techniques.

En effet, comme la prise de vue avait lieu en hauteur afin d’avoir une vue sur tout Paris, je savais que l’on aurait un paradoxe à régler : il  fallait un jour de grand beau temps avec une belle transparence mais qui disait beau temps disait réchauffement de l’air. Même en travaillant tôt le matin, avant que le soleil n’est trop réchauffé l’atmosphère, c’était impossible compte tenu du nombre de photos à prendre. Or avec 600 mm de focale, cela se traduit par une turbulence de l’air qui agite les images très visible à 100% d’affichage. La différence entre 300 et 600 mm est flagrante ! Pour limiter cet effet, les astronomes savent qu’il faut réduire le temps de pose le plus possible. Cependant, il fallait aussi avoir un minimum de profondeur de champ donc j’ai finalement choisit le compromis : 800 ISO, F13 à 600 mm pour travailler par grand beau temps à 1/800 de seconde. Même avec un 5 D Mark II CANON, je savais qu’il y aurait du bruit dans les images finales que je pourrais enlever en travaillant mes fichiers RAW dans Camera Raw de Photoshop. Le résultat final est satisfaisant !

Ensuite, toujours pour limiter le bruit, j’ai travaillé à 1/800 de seconde afin de surexposer mes photos légèrement. 1/1600 de seconde aurait suffit compte tenu de l’ensoleillement ce jour là à 800 ISO, mais comme cela j’ai pu assombrir mes photos dans Camera Raw – sous développer – tout en récupérant les hautes lumières. Cette surexposition me permettait enfin de travailler ma balance des blancs finale sans affecter mes fichiers, choses beaucoup plus complexe si j’avais directement travaillé en JPG. J’ai proposé à mes partenaires un rendu de développement un peu « chaud » afin de caler les photos du matin sur celles de la fin d’après-midi, plus chaleureuse. Pour harmoniser les 17 rangées de photos et 138 colonnes, j’ai pu travailler facilement par groupes de photos dans Camera Raw en procédant par synchronisation. Les légères différences restantes ont été harmonisées directement au moment de l’assemblage par Autopano Giga. Je reste impressionné par la qualité de cette harmonisation finale quand on sait que la première photo a été prise à 10h0 du matin et la dernière 16h00 !